in Maï way
Blog inspiration voyages, cuisine et pâtisserie
×

Guadeloupe | L’ascension de la Soufrière

L’incertitude de la météo

Après une première tentative d’ascension de la Soufrière quelques jours plus tôt (qui s’était soldée par une journée aux Saintes pour cause de temps pluvieux, venteux et froid), nous voici d’attaque pour un deuxième essai en ce 1er Janvier 2022 à 5h du matin. Pas d’hésitation au départ cette fois-ci : certes nous sommes dans les nuages dès le départ de la randonnée, mais il ne pleut pas et la température est plutôt agréable. Au vue des statistiques météo, nous nous estimons chanceux.

L’ascension

Infos pratiques
  • Parking : la randonnée démarre au parking des Bains-Jaunes, après le village de Saint-Claude
  • Durée approximative : 2h de montée / 1h30 de descente
  • + d’infos en ligne

La Soufrière est le point culminant des Petites Antilles. C’est un volcan de type explosif, toujours en activité. Des fumerolles et vapeurs de soufre s’échappent constamment du cratère. Depuis 2018 les relevés sismiques montrent que l’activité s’intensifie, mais sa dernière éruption est plutôt ancienne puisqu’elle remonte à 1976.

La première partie de la randonnée est un chemin en pierres qui monte progressivement dans la forêt tropicale dense, parfois sous forme d’escaliers. Le sol est très glissant dans cette zone humide. Nous atteignons rapidement un grand espace goudronné qui ressemble à un ancien parking. A partir de cette zone, le terrain change et des mousses, fougères et autres petites plantes remplacent la forêt. Nous ne sommes plus à l’abris du vent qui soufflera de plus en plus fort au fur et à mesure de l’ascension. Notre visibilité est au pire d’une dizaine de mètres, au mieux d’une vingtaine. Et pourtant l’instant est mémorable : le dépaysement procuré par la végétation tropicale totalement nouvelle pour nous est total ! Pas après pas nous approchons du cratère : la végétation se raréfie et la randonnée se termine dans des chemins de terre et de pierres. Nous sommes enfin arrivés au bout et comme pour nous narguer, un panneau indique « La découverte »…

Guadeloupe - La Soufrière
Début de randonnée

Guadeloupe - La Soufrière
Les derniers pas sur le goudron avant le sentier
Guadeloupe - La Soufrière
La visibilité moyenne sur l’ensemble de l’ascension
Guadeloupe - La Soufrière
Végétation tropicale
Guadeloupe - La Soufrière
Végétation tropicale
Guadeloupe - La Soufrière
Une faille sur le flan du cratère : la fente de l’éboulement Faujas

Le sommet

Il parait qu’on peut sentir de fortes odeurs de soufre sur le sommet. Nous n’en avons pas fait l’expérience, certainement parce que les odeurs étaient immédiatement balayées par les rafales de vent qui soufflaient à une vitesse hallucinante. La force du vent était telle que nous avons eu beaucoup de mal à tenir debout dans les zones exposées aux courants d’air. Après de longues minutes passées devant ce qui est censé être la vue sur le cratère dans l’espoir insensé d’une éclaircie, nous nous sommes finalement résignés à redescendre, toujours dans les nuages.

Guadeloupe - La Soufrière
Place à la découverte…
Guadeloupe - La Soufrière
… Dans les nuages
Guadeloupe - La Soufrière
Derrière la barrière se trouve le cratère (paraît-il !)

Les récompenses

De retour sur le passage goudronné avant de continuer dans la forêt la chance nous sourit : une brève éclaircie nous offre la vue sur des montagnes du sud de l’île ainsi que sur l’archipel des Saintes. C’est une petite victoire qui était inespérée. La vue doit être splendide par temps dégagé.

A la fin de la randonnée, de retour au parking des Bains-Jaunes, n’oubliez pas de prendre le temps pour un petit bain dans les sources d’eau chaude naturelles. Un moment détente amplement mérité !

Guadeloupe - La Soufrière
La Soufrière dans les nuages
Guadeloupe - La Soufrière
Les montagnes du Sud de Basse-Terre
Guadeloupe - La Soufrière
L’archipel des Saintes au loin à droite

Les pieds de nez de la Soufrière

Premier pied de nez de la Soufrière ce jour : une fois redescendus sur la côte, quelle ne fut pas notre surprise de nous retourner regarder le volcan et voir son sommet découvert de tout nuage ! Moralité de l’histoire : rien ne sert de se lever à l’aube pour profiter de la meilleure vue !

Pied de nez ultime de la Soufrière les 2 jours qui ont suivi : nous avons pu observer le cratère hors des nuages depuis plusieurs autres endroits de l’île à de nombreuses reprises ! Ce n’est donc pas une légende, il arrive bien que la Soufrière soit découverte parfois mais on ne peut que miser sur la chance pour réussir à être au sommet au moment où les nuages sont partis.

Nous nous souviendrons longtemps de l’ascension de la Soufrière… Et nous repartons nager avec les tortues à la plage de Malendure pour nous remettre de notre périple !

Guadeloupe - La Soufrière
Le sommet de la Soufrière dégagé après notre ascension
Guadeloupe - Vue sur la Soufrière depuis le grand cul-de-sac marin
Le sommet de la Soufrière dégagé le lendemain de notre ascension (vue depuis le grand cul-de-sac marin)
Encore + de découvertes !
Back to Top